• The Office

    The Office

    The Office

     

    • Genre : Thriller, Suspense, Mystère
    • Sortie : 3 Septembre 2015
    • Durée : 109 min.
    • Casting : Lee Shi-Un, Park Sung-Woong, Go Ah-Sung, Ryu Hyun-Kyung, Park Jung-Min, Lee Chae-Eun, Bae Sung-Woo, ...
    • Synopsis : Kim Byung-Guk, employé d'une grande entreprise, décime sa famille et disparaît sans laisser de trace. L'inspecteur Jong-Hun interroge alors les collègues de travail de Byung-Guk mais ceux-ci restent évasifs, en particulier Mirae, une stagiaire qui semble cacher quelque chose. L'inspecteur découvre que les caméras de surveillance ont filmé Byung-Guk revenir au bureau juste après le massacre mais jamais en ressortir. Où le tueur se cache-t-il ? Alors qu'une véritable psychose s'abat sur les employés, le bureau est le théâtre d’événements mystérieux. 

     

    Lien de téléchargement : 1fichier

    Merci à ezacessline25 pour l'upload

     

    Nos avis :

    MikanSaku, 2ème traductrice, retimeuse, éditeuse et checkeuse du projet :

    J'ai beaucoup aimé ce film qui nous dépeint une des réalités cruelles de la Corée du Sud où la pression au travail est forte et où le travail est une des principales raisons de vie : réussir au travail, c'est réussir sa vie. Chose à laquelle je n'adhère pas, puisque réussir ce n'est pas forcément prendre plaisir à ce que l'on fait. Le travail dans de telles entreprises et très soutenu, même trop, si bien que cela peut rendre dingue et/ou agressif. Le film dénonce vraiment bien cet aspect et notamment le fait que des employés en bas de l'échelle sont bien souvent surexploités. J'ai beaucoup aimé l'évolution de l’héroïne, qui finit par sortir les crocs, mais à qui la faute ? Face à elle, l'inspecteur ne m'a pas déçu non plus et j'ai adoré le final pour ma part : le secret est à la fois bien et mal mais de ce fait, très humain. Même si le film comporte quelques bémols notamment sur certains meurtres pas très réalistes, je le conseille !

     

    Loki, 1er traducteur du projet :

      The Office est le type même d'un thriller réussi. Proche du film noir, le réalisateur Hong Won-chan, dont c’est ici le premier film, mais pas la 1ère expérience au cinéma nous plonge dans un univers froid, impitoyable et sans merci... le monde du commerce et de la finance. En effet, Hong est aussi le scénariste de The Chaser,  un thriller, projeté au festival de Cannes en 2008, et critique de tout ce qu’il y a de "déglingué" en Corée du Sud.
      Cette dénonciation du monde du travail coréen commence d'entrée de jeu, dès les premières minutes de "Office" et ne fait que s'intensifier dans l'horreur et l'emprisonnement psychologique. Cela se ressent tout aussi bien pour les personnages que pour les spectateurs. Et visiblement, il y a de quoi faire en matière de dérapages incontrôlés, entre les rivalités atroces de médiocrité entre employés au sein d'un même bureau, la dureté des chefs, eux-mêmes complètement au bout du rouleau, et l’ambiance coréenne générale très dégradée et contagieuse...
      Cette contagion sociale est tout l’intérêt de ce polar. Il s’agit de montrer combien le meurtre pour des motifs professionnels pourrait bien être le nouveau mal du siècle, une sorte de rébellion civique obligatoire contre un état qui impose des conditions de vie insupportables et qui, à force de déshumanisation, conduit à transformer les hommes en bêtes.
      Le travail devient alors le véritable meurtrier de cette histoire, à force d’asservissement et de contraintes professionnelles non choisies : manque de sommeil, perte de contact avec la famille, pas de temps ni vraiment d'espace personnel. Et la contagion s’effectue auprès et tout d’abord des plus vulnérables : le stagiaire, et en l’occurrence LA stagiaire pas douée. Sans ennui et à grands renforts de rebondissements orchestrés par une mise en scène digne des plus grands : "The Office" est l'une des critiques les plus abouties et divertissantes  sur la dégradation, par manque de philanthropie de nos sociétés de labeurs.

        Ce processus de déshumanisation est très similaire au cultissime "Full Metal Jacket" de Stanley Kubrik ,plus précisément pendant la phase d'instruction militaire des nouveaux Marines, phase à laquelle le cadet surnommé "Baleine" réagit par la violence contre le même moule de violence dans lequel on essaye de le rentrer.


  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Septembre 2016 à 13:54

    bonjour à vous, j'ai adoré ce film effrayant en effet... des amis coréens m'ont confirmé que ce qu'ils vivent en entreprise frôle l'horreur, et le fait de "détruire" l'autre en face de soi, marque de telles douleurs, blessures intérieures que ça en est abyssales... comment "rattraper" une société qui "tuent" ses citoyens disent-ils.... ils espèrent, sont plein d'espoir, attendent les prochaines élections, mais changer les mentalités est presque un combat perdus d'avances pour cette générations et les qqs générations à venir.... c'est pour ça qu'ils cherchent pour beaucoup à partir, en France, aux US, Australie, etc...

    2
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 10:26

    Merci pour ce film

    3
    Dimanche 9 Octobre 2016 à 18:48

    Merci énormément pour la traduction de ce film et de nous l'offrir happy

    4
    LOOla
    Lundi 31 Juillet à 21:40

    @Melineeee ah les pauvres choux va. ils sont si malheureux pour une puissance économique comme leur pays alors que d'autres pays souffrent vraiment et infiniment plus des pays où ils sont en guerre, où il ne mangent pa à leur faim, où c'est la misère la plus totale. Oh les pauvres coréens

      • Mardi 1er Août à 11:17

        Certes il y a peut être toujours pire mais il n'empêche que quand on souffre, on souffre. Peu importe la raison.

        Si j'en suis ton raisonnement, je pourrais dire à ceux qui meurent de faim, qu'ils ont la chance d'être en vie contrairement à d'autres et que donc, il ne devrait pas se plaindre. Je trouve ton jugement très injuste, même les plus riches peuvent souffrir d'un mal-être et plutôt que de leur jeter la pierre, ne vaudrait-il pas mieux veiller sur chacun pour que tout le monde soit plus heureux ?

        Corrige-moi si je me trompe mais tu me sembles plus attaquer gratuitement Melineeee que de donner une critique constructive sur le film, ce qui est pourtant le but de l'article.

        PS : Je ne cherche à attaquer personne, juste à ce que chacun se respecte sur mon site.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :